Un outil original, fruit de l’engagement des collectivités en faveur de l’enseignement et des pratiques artistiques

Les collectivités membres de RESO Nièvre partagent une conviction : l’accès à la culture, et notamment à une pratique artistique, concourt à l’émancipation de l’individu et à la cohésion sociale. Elles font le choix d’adhérer à l’établissement public de coopération culturelle pour, ensemble, proposer aux habitants de la Nièvre une offre d’enseignement et de pratiques artistiques de qualité et de proximité, participant à l’attractivité des territoires.

Une structuration originale, adaptée au territoire de la Nièvre

RESO Nièvre apporte une réponse originale et pertinente aux enjeux liés au développement de l’enseignement et des pratiques artistiques dans des territoires ruraux, et notamment aux difficultés de recrutement d’enseignants.

En mutualisant l’emploi des enseignants, l’établissement permet d’attirer et de stabiliser dans la Nièvre des enseignants qualifiés. Son statut public lui confère stabilité et pérennité, et offre aux agents qui réussissent les concours de la fonction publique territoriale la possibilité d’être titularisés.

RESO Nièvre n’est pas une école départementale de musique, danse et théâtre. Chaque établissement d’enseignement artistique reste un service de la collectivité qui le porte, et dispose de son propre projet, élaboré par le directeur dans le cadre du projet d’établissement départemental.

Tout l’enjeu réside donc dans la bonne articulation entre projets locaux et projet départemental.

Des moyens mis en commun : le financement partagé de la ressource humaine

L’emploi des enseignants et des directeurs d’établissement d’enseignement artistique est financé, via RESO Nièvre, à hauteur de 43% par le conseil départemental de la Nièvre, et de 57% par la collectivité portant l’établissement ou l’activité.

Il s’agit, pour le conseil départemental et les autres collectivités membres, d’un véritable engagement en faveur de l’enseignement et des pratiques artistiques, traduction d’un choix politique fort.

La participation financière du conseil départemental, qui finance également la totalité du fonctionnement du siège de l’établissement, est ainsi de 1,4 millions d’euros, sur un budget total de près de 3,2 millions d’euros.

Un projet de coopération politique fondé sur des valeurs et principes partagés

Ces valeurs et principes sont les suivants :

  • La coopération et le partage : les collectivités membres réfléchissent et agissent ensemble, notamment dans le cadre du conseil d’administration ; la mise en commun de moyens permet de faire à plusieurs ce qu’aucune ne pourrait faire seule.
  • La solidarité et la responsabilité : l’emploi étant partagé, les décisions de chaque membre concernant l’évolution de son projet impactent tous les autres.
  • L’équité territoriale : les collectivités membres souhaitent faciliter l’accès du plus grand nombre à un enseignement ou une pratique artistiques, grâce à la proximité, la qualité et la diversité de l’offre, y compris dans les territoires les plus ruraux.

Un projet d’établissement, élaboré et mis en œuvre par le directeur

Le directeur de RESO, comme tout directeur d’EPCC, est nommé suite à la présentation d’un projet pluriannuel, pour la mise en œuvre duquel il dispose d’un mandat.

Le projet  d’établissement 2015-2019 met notamment l’accent sur :

  • La nécessaire formalisation du projet politique sous la forme d’une charte de coopération ;
  • Le renforcement des transversalités entre disciplines artistiques, de l’innovation et de l’expérimentation pédagogiques, du lien avec le secteur de la création et de la diffusion ;
  • Le développement et l’approfondissement des partenariats avec les acteurs culturels, éducatifs et sociaux du département, notamment ceux intervenant dans le champ des politiques publiques.